CABINET 2R ASSOCIES

CONSEILS EN GESTION DE PATRIMOINE

Pourquoi l’ascenseur social est en panne ?

Posté le : 18/06/2018

L’étude « A Broken Social Elevator? How to Promote Social Mobility » montre que, compte tenu des niveaux actuels d’inégalités et de mobilité intergénérationnelle sur l’échelle des revenus, au moins cinq générations (ou 150 ans) pourraient être nécessaires, en moyenne dans les pays de l'OCDE, pour que les enfants de familles modestes parviennent à se hisser au niveau du revenu moyen.
Dans les pays nordiques, cela pourrait prendre deux à trois générations seulement, tandis que dans certaines économies émergentes, ce processus pourrait se dérouler sur neuf générations ou plus. Un enfant sur trois dont le père a des revenus modestes percevra lui aussi de faibles revenus ; pour les deux autres tiers, la mobilité ascendante sur l’échelle des revenus se limitera souvent à l’échelon voisin.
D’une génération à l’autre, les perspectives de mobilité sur l’échelle des revenus sont généralement moins favorables dans les pays caractérisés par de fortes inégalités de revenu, et plus favorables dans les pays où les inégalités sont peu marquées. Les pays nordiques conjuguent mobilité élevée sur l’échelle des revenus et inégalités faibles, contrairement aux pays latino-américains et à certaines économies émergentes où la mobilité est faible alors que les inégalités sont prononcées.
Pour un grand nombre de personnes nées de parents peu qualifiés entre 1955 et 1975, la mobilité sur l’échelle des revenus était une réalité ; pour celles qui sont nées après 1975, elle s’est considérablement restreinte.
Sur la période des quatre ans étudiée par le rapport, 60 % environ des personnes situées dans la tranche des 20 % de revenus les plus bas s’y trouvent encore, tandis que 70 % de celles qui se trouvent au sommet s’y maintiennent au cours de la même période. Parallèlement, sur quatre ans, un ménage de classe moyenne sur sept, et un ménage sur cinq dans les catégories plus proches des bas revenus, glisse vers la tranche des 20 % de revenus les plus modestes.
L’accès à un logement de qualité à un prix abordable et aux transports et l’amélioration de l’urbanisme contribuent également à réduire les disparités entre les régions et la concentration des ménages défavorisés dans certaines zones urbaines. On pourrait aussi renforcer la mobilité sociale en limitant l’évasion fiscale concernant l’impôt sur les successions et les donations, en élaborant des régimes fiscaux progressifs et adaptés, et en réduisant les exonérations fiscales. Enfin, pour aider les personnes qui perdent leur emploi, et plus particulièrement les travailleurs faiblement rémunérés, il conviendrait de renforcer les filets de protection sociale et les dispositifs de formation, et de rattacher les droits aux individus plutôt qu’à l’emploi qu’ils occupent.